Kaspersky Lab

 
15.01.2018

Des cadeaux empoisonnés : la faiblesse de leurs mots de passe rend les objets IoT vulnérables aux attaques

Les fêtes de Noël, et maintenant les soldes représentent la période propice pour l’achat d’appareils connectés. Maintenant, même les jouets pour les enfants sont des bijoux de technologie intelligents, télécommandés et équipés de caméras vidéo et même de haut-parleurs intégrés. Si ces jouets sont très populaires auprès des dernières générations de consommateurs, ils peuvent également s’avérer dangereux. En effet, certains objets connectés peuvent parfois échapper au contrôle de leurs propriétaires et devenir des portes faciles d’accès pour les intrus. Dans ces cas-là les options vidéos et haut-parleurs deviennent indésirables et nuisent à la sécurité des enfants. Les chercheurs de Kaspersky Lab ont cherché à en savoir plus sur les vulnérabilités de ces objets, et sur les moyens de les fiabiliser.

Les objets intelligents connectés sont aujourd’hui très attrayants et ont pour vocation de faciliter le quotidien. Mais dans quelle mesure leur utilisation est-elle sans danger du point de vue de la cybersécurité ? En 2015, les chercheurs de Kaspersky Lab ont décidé de se pencher sur le niveau de menace que présente l’Internet des objets (IoT). Les résultats étaient préoccupants, c’est pourquoi, 2 ans plus tard, ils ont approfondi leurs recherches dans ce domaine. Sur 8 objets IoT pris au hasard (allant d’un fer à repasser intelligent à un véhicule-espion miniature), la moitié d’entre eux étaient piratables en raison de la faiblesse de leur mot de passe. En outre, un seul des objets a répondu aux exigences des chercheurs en matière de sécurité.

Un vaste réseau d’objets connectés, attrayant pour les cybercriminels.

Les objets connectés orbitent en réseau et intègrent une technologie qui leur permet d’interagir les uns avec les autres ou avec leur environnement extérieur. Du fait du grand nombre et de la variété d’objets connectés disponibles, l’IoT est devenu une cible tentante pour les cybercriminels. C’est ce qui explique, entre autres, les attaques DDoS record lancées en 2016 avec l’aide de botnets massifs constitués de routeurs, de caméras IP, d’imprimantes et d’autres appareils transformés en « zombies ». En piratant ces objets IoT, des criminels peuvent exercer un chantage ou espionner les utilisateurs. D’autres vecteurs peuvent être encore plus dangereux. Par exemple, les équipements du réseau domestique pourraient servir à des activités illicites ou bien un cybercriminel ayant accès à un objet IoT pourrait faire chanter – et espionner – son propriétaire pour lui extorquer de l’argent. Moins grave, mais toujours ennuyeux, l’appareil infecté peut aussi être mis simplement hors service.

Un niveau de sécurité beaucoup trop faible, malgré les menaces omniprésentes.

Alors que de nombreuses études ont été réalisées à la suite des incidents déplorés ces dernières années, on pourrait s’attendre à un changement notoire en matière de sécurité des objets IoT. Pour autant, Kaspersky déplore encore un manque de sécurité inquiétant, notamment au niveau des mots de passe. Pour en arriver à ces conclusions, Kaspersky Lab a de nouveau analysé plusieurs objets intelligents choisis de manière aléatoire, en l’occurrence un chargeur, une voiture miniature commandée par une application, un tuner, une balance, un aspirateur, un fer à repasser, une caméra et une montre. Les résultats sont véritablement inquiétants : sur les 8 objets examinés, un seul était satisfaisant en termes de sécurité.

Qui plus est, la moitié des objets pourraient être piratés et leurs vulnérabilités exploitées à cause d’un défaut de vigilance du fabricant dans la définition des mots de passe. Il s’agit en particulier de l’impossibilité de modifier le mot de passe par défaut alors même que, dans certains cas, celui-ci est identique pour tous les produits d’une gamme.

« Kaspersky Lab suit la question de la cybersécurité des objets intelligents depuis des années. Nous constatons à présent que diverses études sur les objets IoT ainsi que la vigilance croissante des fabricants ont contribué à réduire le nombre des produits non sécurisés. Cependant, le problème n’a pas disparu et les objets intelligents peuvent toujours nuire à leurs utilisateurs, signe qu’il reste encore beaucoup de travail à accomplir pour les acteurs de la cybersécurité comme pour les fabricants », commente Oleg Zaitsev, expert en sécurité chez Kaspersky Lab.

Quelques conseils d’experts pour éviter les risques

Les chercheurs de Kaspersky Lab conseillent aux utilisateurs de prendre les précautions suivantes afin de se prémunir contre l’achat d’objets intelligents vulnérables :

  1. Avant d’acheter un objet IoT, recherchez sur Internet la mention d’éventuelles vulnérabilités. L’Internet des objets est aujourd’hui un sujet brûlant et de nombreux chercheurs font un excellent travail pour découvrir des failles de sécurité dans les produits de ce type, depuis les écoute-bébés jusqu’aux armes gérées par une application. Il est probable que l’objet de convoitise ait déjà été examiné par des chercheurs en sécurité et il est souvent possible de vérifier si les problèmes découverts ont été corrigés ou pas.
  2. Ce n’est pas toujours une bonne idée d’acheter les produits les plus récents dès leur lancement sur le marché. En dehors des bugs habituels affectant les nouveaux produits, ces derniers sont plus susceptibles de receler des failles de sécurité encore inconnues des chercheurs en sécurité. Il est donc préférable de choisir des produits ayant déjà connu plusieurs mises à jour de leur logiciel.
  3. Avant de décider de rendre un aspect de sa vie un peu plus intelligent, tenir compte des risques pour la sécurité. Si on conserve de nombreux objets de valeur à votre domicile, il est sans doute judicieux d’installer un système d’alarme professionnel en remplacement ou en complément de son modèle existant commandé par une application ou bien de configurer ce dernier de sorte qu’aucune vulnérabilité éventuelle n’affecte son fonctionnement.

Pour combattre ces menaces, Kaspersky Lab a lancé une version bêta de sa solution pour les équipements domotiques et l’Internet des objets, Kaspersky IoT Scanner. Cette application gratuite pour la plate-forme Android analyse le réseau Wi-Fi domestique, informant l’utilisateur des objets qui y sont connectés et de leur niveau de sécurité.

Pour en savoir plus sur les objets intelligents, rendez-vous sur Securelist.com.

Contact pour la Presse

Morgane Rybka

Envoyer un e-mail 

Tel. +33-(0)1 41 31 75 06
Fax +33-(0)1 41 03 09 91 

Kaspersky Lab on the Web

Virus Analyst Blogs